Posted by on 24 Sep, 2016 in |

En partenariat avec Monopsone

Le « groupe le plus triste du monde » a pris des couleurs depuis son dernier album, l’unanimement acclamé As We Make Our Way (Unknown Harbours). Cela faisait 7 ans que Robin Proper-Sheppard, leader de Sophia, n’avait pas donné de nouvelles et contribuait à alimenter la rumeur selon laquelle son perfectionnisme aurait eu raison de lui. Mais Sophia est revenu, livrant un septième album traversé de part en part par une énergie chaleureuse et réconfortante.
Très éprouvé en 1995, après le décès tragique de son compère de The God Machine, Jimmy Fernandez,Robin Proper-Sheppard s’est réfugié à Londres pour fonder un label et produire des groupes à guitaresronflantes comme Elevate et Swervedriver. Alors que The God Machine faisait du bruit et exprimait toutesa rage d’être au monde, influençant durablement la scène indie punk américaine, Robin Proper-Sheppard sortait transformé par l’épreuve. Sophia allait éteindre les amplis et prendre le contre-pied de The God Machine (depuis devenu un groupe culte) : jouer lent et jouer triste, au point d’en faire une marque de fabrique et d’inventer à lui tout seul le courant « slowcore », soit un mélange de tempos ralentis mis au service d’une expression mélancolique et déchirante de la souffrance d’être au monde. Avec Fixed Water (1996), The Infinite Circle (1998) puis People Are Like Seasons (2004) qui amenait le groupe chez EMI, Sophia signait l’une des trilogies les plus célèbres du rock indépendant et une collection de chansons réputées pour leur éclat mélodique et leur noirceur. Le mini-tube Oh My Love lui donnait en Europe une visibilité nouvelle. Installé à Bruxelles, Proper-Sheppard signait encore deux albums en 2006 (Technology Won’t Save Us – City Slang) et 2009 (There Are No Goodbyes) avant de disparaître.
Son retour était attendu depuis longtemps et n’a pas déçu ses fans. As We Make Our Way révèle un homme toujours abattu mais qui a retrouvé des raisons d’espérer. Robin Proper-Sheppard a remis les pieds aux Etats-Unis et redécouvert la Californie. Il a regoûté au soleil et aux grands espaces. Cette nouvelle perspective associée à son indécrottable pessimisme et à des arrangements somptueux a abouti à un album ample et ambitieux, entre Palace Brothers et The Apartments. Accompagné par quatre musiciens, Sophia a donné en début d’année ses meilleurs concerts dans les capitales européennes. Il élargit son Cercle Infini pour quelques dates françaises cet automne.
Dernier album : As We Make Our Way (Unknow Harbours) (PIAS, 2016)

 

Billetterie : http://www.weezevent.com/sophia
Tarifs : 10€ / 9€ (Abonnés SUPERFORMA)
Le site de Sophia : www.sophiamusic.net
renseignements: 02 43 83 45 15